Paroisse Orgeval-Morainvilliers
http://paroisse-orgeval-morainvilliers.fr/Notre-joie-au-coeur-du-Careme
      Notre joie au cœur du Carême

Notre joie au cœur du Carême

Éprouvons-nous de la joie à vivre ce temps du Carême ? Le vivons-nous comme un temps de grâces tout particulier ? Pour nous y aider, l’Église fait une pause dans la pénitence de ce Carême, pour mieux se hâter vers les joies pascales, ce dimanche de la Joie. Les vêtements sont roses, la joie est profonde même si elle est contenue.


Bien sûr elle n’est pas l’exultation de Pâques : on ne chantera pas encore le chant pascal. L’acclamation d’évangile est une louange au Christ comme Parole, Sagesse, Lumière de Dieu. La joie du Carême n’est pas semblable à celle de l’Avent, de l’attente de la venue du Sauveur. Mais au contraire la joie du Carême est une joie toute intérieure tout en étant communautaire. Toute l’Église éprouve la joie de la conversion. Même au cœur du jeûne, la joie doit être présente, car l’esprit est purifié, élevé, libéré. C’est la joie de se donner plus gratuitement à son Dieu, à son Seigneur, à son Sauveur.

Le dimanche de la Joie au cœur du Carême se manifeste à Jérusalem : Réjouis-toi Jérusalem, rassemblez-vous, vous tous qui l’aimez. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, vous qui étiez dans la tristesse. Que vous exultiez et que vous soyez rassasiés dans l’abondance de votre consolation (Is 66,10-11). La joie est aussi celle d’appartenir à l’Église : c’est celle des catéchumènes. Mais notre joie est profondément celle du Salut, car elle est d’abord celle du Christ. Notre joie est d’abord celle de Dieu et notre vie tend vers la pâque de notre vie : entre dans la joie de ton Maître.

Ainsi le bienheureux Pape Paul VI a-t-il pu se demander : N’est-il pas normal que la joie nous habite lorsque nos cœurs en contemplent ou redécouvrent, dans la foi, les motifs fondamentaux qui sont simples : Dieu a tant aimé le monde qu’Il lui a donné son Fils unique ; par son Esprit, sa Présence ne cesse de nous envelopper de sa tendresse et de nous pénétrer de sa vie ; et nous marchons vers la transfiguration bienheureuse de nos existences dans le sillage de la résurrection de Jésus. Il serait bien étrange que cette bonne Nouvelle qui suscite la joie de l’Église ne nous donne pas un visage de sauvés (Exhortation apostolique Gaudete in Domino).

Rends moi la joie d’être sauvés, donne-moi ton Esprit saint (Ps 50). La joie est un fruit de l’Esprit en nous. Qu’il habite et anime notre Carême.+

P. Louis Ménard

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Eglise des Yvelines

Bonnenouvelle.fr

newsletter