Paroisse Orgeval-Morainvilliers
http://paroisse-orgeval-morainvilliers.fr/Historique-de-l-Eglise-St-Leger
      Historique de l’Eglise St Léger

Historique de l’Eglise St Léger

Inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis le 23 juillet 1937

L’église St Léger, église gothique, datant du XIème siècle, fait partie du patrimoine national. Elle est inscrite à l’inventaire des monuments historiques depuis le 26 juillet 1937.
Elle appartenait au XIème siècle, à une seigneurie , dont le château a disparu.
En 1083, l’église est donnée à l’abbaye du Bec Hellouin par le comte de Meulan. On sait qu’ une famille de seigneurs de Morainvillier ( sans s) , illustrée par une pierre tombale du 12ème siècle dans l’église, faisait partie de l’entourage du roi vers la fin du XIVème. Ces seigneurs de Morainvillier firent une alliance prestigieuse avec l’héritière des Barons de Maule vers 1396. Ils furent aussi seigneurs de Mareil sur Mauldre et de Montainville où ils apposèrent leur blason aux clés de voûte de l’église paroissiale.
Le clocher initial est daté de la deuxième moitié du XIème siècle et fut restauré au début du XVIIème. La cloche date de 1547, et a la particularité d’être l’une des plus anciennes du département.
La nef, le chœur et la partie collatérale datent du milieu du XVème. La chapelle de la Vierge a été reconstruite à l’identique en 1845, à la suite d’un incendie et le cimetière autrefois accolé à l’Eglise fut déplacé en 1863.
Dans les années 1970, l’église menaçait de s’écrouler. En 1985, un vaste programme de restauration a été entrepris( en cinq tranches étalées sur 14 ans), sous la supervision des architectes des Monuments historiques. Cette restauration s’est achevée au printemps 1999, avec la repose des statues, elles-mêmes classées, datant du XVIème siècle.


A une date méconnue, l’église fut diminuée en longueur d’une travée, et le porche occidental qui se trouvait au fond de l’église, en face du chœur, reporté sur le côté nord, tel qu’il existe aujourd’hui. Ce porche a été démoli vers 1887 pour dégager l’église qui se trouvait alors en contrebas avec le terrain du cimetière.

Le portail de l’église actuelle, date de la fin du XVème siècle et est encadré de deux petits pinacles malheureusement très abimés.
L’église est orientée à l’est. Elle est composée d’une large nef flanquée d’un seul
bas-côté, à droite de quatre travées. Elle se termine par une abside polygonale profonde avec une travée de chœur qui ouvre sur la chapelle latérale.

Le clocher aurait été descendu et rétabli tel que nous le voyons actuellement. Il serait antérieur à 1615. La partie du haut a du être refaite, elle date de la fin du XVIIème siècle. Avant la révolution , le clocher était garni de quatre cloches. Actuellement, il n’en reste qu’une qui porte la date 1547. Elle s’appelle Léger, du nom du titulaire de l’église. On déchiffre difficilement dans les caractères gothiques qui en font le tour, le nom du parrain "de Barry" et cette phrase "J’ai été faite par les habitants de Morainvilliers"

Le chœur, autrefois était peint. A la clef de voute du chœur(sur le pendentif), nous retrouvons les armoiries avec l’écu écartelé en quatre quartiers, aux armes de Morainvilliers et de Maule.. La ville de Maule les porte dans son blason depuis déjà longtemps. Il signifie qu’il y eut un mariage entre les deux familles. La voûte était autrefois en partie peinte et recouverte d’une couleur "bleu étoilée" d’or.

La nef est éclairée par trois baies sur le mur-goutterot, trois baies sur le chevet et deux occulis sur le mur pignon. Par ailleurs, elle reçoit la lumière par les vitraux du bas-côté,grâce aux arcades brisées qui séparent la nef du bas-côté.

Les murs, piliers et chapiteaux sont aujourd’hui peints en blanc et les ogives en rouge brique. Et le sol actuel est le sol primitif.

La chaire date du XVIIIème siècle. Elle est surmontée d’un pot à feu. Le plafond est décoré d’un motif floral. On peut observer un triangle équilatéral, la pointe vers le haut dans une nuée qui représente la Trinité. A l’intérieur, on y écrit le nom de Dieu en hébreu ou un œil qui voit tout. Il est circonscrit dans un cercle. L’ensemble constitue la forme parfaite.
.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Eglise des Yvelines

Bonnenouvelle.fr

newsletter