Paroisse Orgeval-Morainvilliers
http://paroisse-orgeval-morainvilliers.fr/Chapelle-St-Jean-a-Orgeval
    Chapelle St Jean à Orgeval

Chapelle St Jean à Orgeval

Sources : Association d’Histoire d’ Orgeval ( juin 2006), Archives nationales et départementales des Yvelines

La chapelle St Jean, située dans les hauteurs d’Orgeval est un petit édifice roman du XII ème siècle qui a connu des travaux de restauration au XIXème et XXème siècle. La dernière restauration remonte aux années 1988-1989. Les vitraux actuels, confiés aux soins du Maitre verrier Béatrice Jaillet ont été inaugurés le 18 décembre 1993.


Sans pouvoir l’affirmer totalement, faute de documents précis, il est fort probable que la Chapelle St Jean fut à l’origine, la chapelle seigneuriale dépendant du château de Tressancourt. Dans les cartons d’archives d’Abbecourt, figure un testament de 1273 du Chevalier Matthieu de Cloëncourt qui cite nommément la chapelle pour y faire un legs. A la révolution, la chapelle fut vendue comme " bien de première origine" avec ses dépendances à un dénommé Helloin. Celui-ci prêtera la chapelle en 1802 , après le Concordat , pour la reprise des offices. Cela durera jusqu’en 1836. 
Laurent Beaunier, qui fut le père d’Hyppolite Beaunier ( maire d’ Orgeval de 1875 à 1888) organisa une quête pour la racheter et effectuer les réparations nécessaires à sa sauvegarde. L’autorisation de la préfecture pour obtenir cette acquisition sera donnée le 15 mars 1836.Cette collecte suffira largement pour couvrir le paiement de la chapelle, les frais de notaire et les travaux de réhabilitation.

Que peut-on dire de son architecture ?

La Chapelle St Jean est un petit édifice roman de forme oblongue, terminé en carré, composé d’un vaisseau unique , très simple, appuyé de contreforts et percé de fenêtres en ogive.Le toit est surmonté d’un petit campanile moderne.Le portail est de forme ogivale ( XII ème siècle),à l’archivolte deux tores ronds reposent sur des impostes, tympan lisse.
Pour sa sauvegarde, d’importants travaux de réhabilitation furent entrepris de 1836 à 1838 puis en 1888, le mur de soutènement de la place fit l’objet d’une réfection complète.En 1912, un contrefort est supprimé à l’angle nord-est pour élargir la rue du Parc(anciennement la rue de la Vente). En 1924, des travaux de toiture et en 1937, la remise en place du coq, enlevé précédemment. A l’occasion d’une nouvelle tranche de travaux, en 1983, deux petites fenêtres romanes sont découvertes sous l’ancien crépi de la partie haute du pignon, au dessus du porche.
La restauration de l’ensemble de la chapelle, en 1988, permettra de découvrir une porte latérale qui sera remise en service dans le mur sud.

Que lit-on sur les cloches ?

Sur la petite : " Fondue en 1701, refondue en 1868 par souscription publique, nommée Marie Germaine, par Monsieur Mauge Alphonse, parrain et par Madame Laporte Marie, Celestine, femme Lesieur, marraine.
D. Dutot, Jerome et Cie, Fondeurs à Paris.
"

Sur la grosse cloche : " L’an 1720, j’ai été faite, pour Saint Jean de Tressancourt, par les soins de Mr Pierre le Chevalier, prieur de Bertagny, curé d’Orgeval et du Père le Serg, nommée Jeanne Marie, par Monsieur Charles Julienne, conseiller du Roy, garde-maitre des eaux et forêts de Saint Germain en Laye , officier de sa majesté et par Marie-Anne de Celme, épouse de Monsieur Marchand, directeur des comptes de la marine.
Ducray et H. Demonteux, Antoine Aurent Marguilliers de la dite Chapelle

Que peut-on dire du mobilier et des sculptures ?

L’autel tombeau, surmonté du tabernacle, est en bois peint. Il est actuellement adossé au mur et remplacé depuis juin 2003, pour les offices, par l’ancien autel de l’Eglise d’Orgeval.

Nef 2ème travée

Sur le mur nord, se situe une grande statue en bois polychrome de Saint Pierre assis, portant la barbe, une tiare à triple couronne, une aube et une chasuble.Il bénit de sa main droite et tenait une clef (disparue) dans sa main gauche. Son siège a la forme d’une chaire abbatiale. Le dossier est ogival et bordé de croisettes. On peut la dater de la fin du XIV ème, début XV ème siècle.
Deux autres statues , décapitées, reposent sur les consoles de l’arc qui sépare la nef de l’autel. Elles représentent des ecclésiastiques et font partie de statues décapitées retrouvées sous la charpente de l’église d’Orgeval, il y a une trentaine d’années.

Nef 1ère travée

La statue décapitée, en pierre polychrome, retrouvée dans le mur de séparation de la sacristie et du choeur de l’église d’Orgeval en 1998, a été installée , après restauration, de l’autre côté de l’arc, sur l’imposte, côté sud. Tout porte à croire que cela pourrait être une statue de St Louis : manteau couvert de fleur de lys, position des mains ( pouvant tenir sceptre et main de justice). Sur l’imposte opposé, statue de religieux en pierre polychrome, provenant aussi de l’église d’Orgeval.

Enfin, scellée à gauche du porche, en entrant dans la chapelle, une statue de Saint Jean. Sa restauration lui a permis de retrouver son bras, cassé depuis bien des années et ses couleurs d’origine.

Le Chemin de croix

Le très beau chemin de croix, offert par Julien Giguet le 20 octobre 1883 est fait de tableaux en relief , en plâtre peint, encadrés de bois et surmontés d’une croix. Il provient de l’atelier Thenon-Meunier à Paris et les boiseries ont été restaurées par Jacques Penot de Montamets, en 1995.

Tous les anciens tableaux ont disparus. Celui de la Vierge priante (XVI ème siècle), au-dessus de l’autel , provient de l’Eglise d’Orgeval.

Passage du livre d’Edmond Bories concernant la fête de la Saint Jean
"A la fête de ce hameau, Monsieur le curé de la paroisse part ( de l’église) suivi d’une nombreuse procession, pour aller chanter une grand-messe. A l’issue de l’office, les jeunes gens du village y viennent fair bénir une énorme brioche. Le soir, les feux sont allumés et ce n’est que réjouissance et fête toute la soirée"

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Eglise des Yvelines

Bonnenouvelle.fr

newsletter